Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
lacavernedhaifa

lacavernedhaifa

Un blog, des livres, des illustrations et mille et une merveilles...

« Quatre cœurs imparfaits », de Véronique Ovaldé.

Quatre coeurs imparfaits, Véronique Ovaldé.

Quatre coeurs imparfaits, Véronique Ovaldé.

Un auteur, une histoire :

Véronique Ovaldé est un écrivain français né en 1972. Cette jeune écrivain a 13 ouvrages à son répertoire, « Quatre cœurs imparfaits » est son petit dernier.

Une illustratrice, une histoire :

Véronique Dorey est une illustratrice française qui est né au Mans mais qui travaille et vit à Paris. Dès les années 90 elle a commencé à créer des images inspirées des jouets de son enfance…

Quatre cœurs imparfaits est publiée aux éditions Thierry Magnier (allez faire un tour sur le site, il est splendide !)

L’Histoire en quelques mots :

Nous avons ici à faire à un conte… Mais pas n’importe quel conte… Un conte mi-macabre, mi-nostalgique et mi-poétique. Autant dire que nous avons à faire à un ouvrage hors du commun ! C’est l’histoire de quatre sœurs aux cœurs imparfaits ; imparfaits par les personnages qu’elles incarnent, mais également imparfaits par leur difformités. On apprend à découvrir ces quatre sœurs dans l’œil curieux de leur nièce…

Quatrième de couverture : « Rosa Luisa avait eu trois sœurs. La plus jeune était folle, la deuxième était pute, la troisième était morte ».

Les cordes sensibles :

Autant vous dire tout de suite que ce conte est loin d’être une histoire ordinaire, et que faire une chronique sur cet ouvrage est plutôt difficile de par le peu de pages dont il est composé. Il n’y a presque pas d’écriture, et il est difficile de vous faire un résumé de l’histoire sans vous en dire trop. J’espère alors avoir été à la hauteur…

Passons.

Ce conte m’a intriguée, lorsque je l’ai vu sur les rayonnages de ma librairie. D’une part, comme souvent, c’est le dessin de la première de couverture qui m’a subjuguée. D’autre part, cette phrase ornant la quatrième de couverture : « Rosa Luisa avait eu trois sœurs. La plus jeune était folle, la deuxième était pute, la troisième était morte ».

Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre !

Alors je l’ai achetée et je l’ai lu peu de temps après…

Les dessins sont à la fois morbides et poétiques ! Le regard de cette petite fille est juste splendide ! Tous les dessins sont en noir et blanc. Et parfois, ils m’ont fait penser au travail de Nicoletta Ceccoli. Souvenez-vous je vous en ai parlé dans ma chronique sur Mathias Malzieu.

C’est un ouvrage qui se lit facilement, qui se dévore en une bouchée, mais qui marque l’Esprit pendant longtemps !

Extraits de dessins, quatre coeurs imparfaits. Extraits de dessins, quatre coeurs imparfaits.

Extraits de dessins, quatre coeurs imparfaits.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article