Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
lacavernedhaifa

lacavernedhaifa

Un blog, des livres, des illustrations et mille et une merveilles...

Ahlam, de Marc Trévidic.

Couverture, Ahlam, Marc Trévidic, éditions JC Lattès.

Couverture, Ahlam, Marc Trévidic, éditions JC Lattès.

Un auteur, une histoire :

Marc Trévidic n'est pas un écrivain de formation, c'est un magistrat qui a travaillé au sein du pôle antiterrorisme au Tribunal de Grande Instance de Paris. Il est né le 20 Juillet 1965 à Bordeaux. Depuis L'année dernière, il est devenu le premier vice-président au Tribunal de Grande Instance de Lille.

La couverture du roman, sortie cette année aux éditions JC Lattès a été réalisée d'après une photographie de mosaïque du photographe Tim Daniels, qui est l'un des collaborateurs du groupe Arcangel. Je vous laisse découvrir une miette de son travail à travers ce lien : http://blog.arcangel.com/2015/12/23/tim-daniels-contributor-spotlight/

 

L'histoire en quelques mots :

Tout commence avec Paul, un célèbre peintre en panne d'inspiration, qui vient se ressourcer à Kerkennah, petite île Tunisienne. Il va y rencontre Farhat, un pêcheur à qui il demande de lui faire visiter l'île, afin de pouvoir peindre de beaux paysages... Celui-ci est tout d'abord réticent à la proposition mais va céder à la seule condition : que Paul vienne rendre visite à sa famille. 

Commence alors une belle histoire d'amitié...

Mais la vie bascule, Nora, la mère d'Issam et d'Ahlam, la femme de Farhat, va tomber gravement malade et n'arrivera pas à s'en sortir...

Paul, lui promet de protéger ses enfants et de leur donner une chance d'avoir une belle vie, loin de Kerkennah. Pour cela, il va apprendre à Issam à peindre, et à Ahlam à jouer de la musique...

Les années passent, et les enfants sont devenus de jeunes adultes remplit de talent ! Mais un drame se profile...

Alors qu'ils sont sur le point de partir à Paris pour vivre de leur art, Issam a d'autres projets bien sombres... Engréné par le réseau des djihadistes, il s'en va faire le djihad...

Marc Trévidic, avec ce roman essai de comprendre de quelle manière, deux être du même sang, éduqué de la même manière, peuvent être totalement différents, mais aussi de quelle manière un intellectuel, un artiste peut devenir un djihadiste. 

 

Les cordes sensibles :

Ce roman est un véritable conte poétique, qui nous amène à réfléchir sur un sujet très présent dans notre société actuelle : le terrorisme.

Ce que j'ai aimée dans ce roman, tout d'abord, c'est la façon d'écrire de l'auteur. On voit qu'il y a eut un véritable de travail d'écriture, une recherche du mot juste.

Cette recherche permet un tour de force dans la narration. Il y a peu de personnages, mais chaque personnages revêt une personnalité différente qui nous permet de comprendre tous les aspects de cette situation politique et idéologique qui est, à mon sens, complexe.

Le roman n'est pas mélo-dramatique, au contraire, c'est une belle histoire d'amour et d'amitié où se côtoie l'art, les couleurs et les mots. C'est une lecture qui m'a émue, qui m'a captivée du début à la fin !

C'est un livre que je recommande à tous les lecteurs qui aime l'art, mais c'est aussi un livre que je conseille à tous les lecteurs qui cherche à comprendre ce qu'est le terrorisme et de quelle manière le réseau djihadiste s'est créé. Car l'histoire débute des années 2000, lorsque c'était encore le régime de Ben Ali en Tunisie, jusqu'à la Révolution de Jasmin et au passage de En Nahda au pouvoir...

Ce livre fait dorénavant parti de mes livres préférés, je trouve qu'il fait parti de ces romans que je nomme "d'intelligent", car il nous permet de nous questionner sur des sujets d'actualités tout en nous faisant passer un moment de lecture exceptionnel !

 

Citation, Marc Trévidic, Ahlam.

Citation, Marc Trévidic, Ahlam.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article